80 000 Milles en torpilleur. Récits de chasse aux by Jacques Fierre

By Jacques Fierre

Extrait : "Mon ami, je viens d'embarquer sur le Knoutt, aujourd'hui à midi, et j'ai bien chaud. J'ai vidé mes malles dans de minuscules armoires ; j'ai fait des visites officielles en gants blancs, avec un sabre qui me battait les mollets, et j'ai encore le braveness de vous écrire, au lieu de me coucher joyeusement."

Show description

Read or Download 80 000 Milles en torpilleur. Récits de chasse aux sous-marins PDF

Best french_1 books

Le Neutre: cours et séminaires au Collège de France 1977–1978

L'argument du cours a été le suivant : on a défini comme proper du Neutre toute inflexion qui esquive ou déjoue los angeles constitution paradigmatique, oppositionnelle, du sens, et vise par conséquent à l. a. suspension des données conflictuelles du discours. Le relevé de ces inflexions s'est fait à travers un corpus qui ne pouvait être exhaustif ; cependant, les textes des philosophies orientales et mystiques se sont trouvés naturellement privilégiés.

Additional resources for 80 000 Milles en torpilleur. Récits de chasse aux sous-marins

Sample text

Et c’était étrange en vérité, cette chasse dans la nuit d’un immense bateau par un tout petit, tout petit, qui, passant dans le remous du grand, tanguait subitement, et roulait, et forçait de toute sa vitesse, et ne voulait pas lâcher prise. Nous avons fait le signal : stoppez, en braquant sur lui notre projecteur : il a continué sa route. Alors nous avons tiré un coup de canon à blanc qui résonna sur la mer comme un tonnerre : premier avertissement. Prudent, il s’arrêta ; le Knoutt vint se ranger tout près de lui.

Je n’ai pas été loin. J’ai suivi les rues que j’ai suivies il y a deux ans. J’ai fait un pèlerinage à la cathédrale, à l’Hôtel de ville, à la statue du Corsaire. Combien de souvenirs infiniment pénibles les pierres ont évoqués en moi ! Comme ces années écoulées marquèrent dans mon cœur et mon intelligence ! J’ai appris en deux ans – il a fallu deux ans ! – que la confiance est un mot, et que nous sommes sur la terre seuls, désespérément seuls ! –Mercredi, minuit. – C’est la Flèche qui a fait avant-hier les signaux de détresse.

Mercredi, minuit. – C’est la Flèche qui a fait avant-hier les signaux de détresse. L’Amiral-Ganteaume allait à Boulogne, chargé de réfugiés belges, de ces malheureux qui n’ont plus de foyer, plus de famille, plus de patrie, qui fuient leurs villes bombardées avant que les Allemands, assassins d’enfants et éventreurs de femmes, ne viennent les forcer à marcher en avant de leurs armées. Le paquebot passait devant Griz-Nez. Il était 5 heures du soir, environ. Et tout à coup une colonne d’eau s’est élevée, toute droite, plus haute que les mâts.

Download PDF sample

Rated 4.55 of 5 – based on 28 votes